mardi 17 août 2010

ARTICLE DE PRESSE LA MARSEILLAISE

"Le village d’irréductibles
12-08-2010

La cité est un village fantôme où vivent cinq familles. Seul le bâtiment D a été détruit. Illus BEN 8 En travaux (4/6). Les trois derniers immeubles de la cité des Créneaux auraient dû être démolis. Mais cinq familles refusent de partir sans solution de relogement satisfaisante.
Il ne devrait plus rien à voir et pourtant les trois derniers bâtiments de la cité des Créneaux sont là, debout. Les voitures garées en bas du bâtiment A ne sont pas toutes ventousées, pneus crevés. Il y a aussi celles des derniers habitants de cette cité du 15e arrondissement. Promise à la démolition dans le cadre d’un projet de rénovation urbaine financée par l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), les Créneaux sont entrés en résistance. Cinq familles refusent mordicus les propositions de relogement de la Logirem.


Au 4e étage, Z. D. campe sur ses positions : « Je ne veux pas d’un logement tiroir. Je ne me sens pas la force de faire deux déménagements. Ce que je voulais, c’est une maison dans l’ancien. » Au final, il y a de fortes chances qu’elle fasse partie des 41 locataires des Vergers, le nouvel ensemble d’HLM qui pousse doucettement à quelques mètres. « Mais, attention, je ne veux pas que mon loyer augmente. Après 35 ans passés ici, tout de même, j’ai des droits ! »

Méfiance réciproque

Toujours au A, quelques étages plus haut, F.B. est tout aussi déterminée : « Je veux une maison de ville où je puisse loger mes parents qui sont très âgés. C’est possible. Je connais une famille qui a eu une villa. » Côté logeur, on ne dément pas tout en soulignant la difficulté de satisfaire tout le monde. Mais la méfiance est souvent au centre de la relation entre bailleur et locataires. « Sur le terrain, ils vont faire des villas mais pas pour nous, croit savoir A., le frère de F.. Avec ça, la Logirem va se faire des millions ! »

Renseignement pris, le terrain sera rétrocédé à la Ville. « On parle d’une extension du cimetière voisin, ou de laisser le site aux chauves-souris qui sont protégées », affirme F. qui a détaillé l’info sur son blog*. Là encore, les infos sont bonnes. Les mêmes rumeurs circulent dans les couloirs de la Logirem…

L’impression d’abandon est pire encore au bâtiment C. Un vigile garde l’entrée pour éviter le pillage des métaux. Un couple très âgé et malade, les B., vit encore. Autour du C, des barrières délimitent le périmètre de démolition. « Le logeur a laissé un petit sentier pour que mon grand-père puisse monter boire son café à Saint Louis ».


N. B. est assistant de vie auprès de ses grands-parents, 84 et 76 ans. Eux aussi attendent une maison de ville où ils pourraient vivre ensemble. « Pas question qu’on les envoie en maison de retraite », martèle Nacer. Alors, avec sa mère, ils attendent une proposition satisfaisante : « Un premier étage avec un petit jardin pour qu’ils prennent le frais. »
Aujourd’hui, le petit coin de colline est envahi de grilles. On entend des cris d’enfants fantôme. Ils tombent des maisons situées plus haut sur la falaise. Sur un immeuble, deux petites mains ont écrit : « Les Créneaux c’est une grande famille et pour rien au monde je les oublierais. » In memoriam… En attendant les pelleteuses.
BENOIT GILLES
Commentaire :
Merci à Monsieur GILLES pour son article, Nous avons demandé un rapprochement familial pour raison de santé ce que le bailleur a bien voulu consentir à d'autre Locataires par la  restructuration du logement pour y loger deux locataires de la même famille pourquoi pas nous ? Nous demandons la même chose nous n'abusons pas selon la devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité . A ce jour, les  propositions faites sont inadaptées. On nous refuse  un rapprochement familial alors qu'on le permet à d'autres !  Mes courriers restent sans réponse on ne m'explique même pas pourquoi on refuse de nous attribuer ce que l'on demande ! Pas question d'accepter la proposition de la mairie un logement en cours de construction dans le 14 ème alors que mes parents seront reloger dans le 15ème mais le doute m'assaille. Aucune information à ce jour.

constuction de logements dans le cadre du programme ANRU LES CRENEAUX
Bd HANOI à la VISTE :  les locataires du BT B et D prioritaire
Le CALADON au Cap Janet : les locataires du Bt B et D
VILLA ODDO : au Bd Oddo : locataires des Bt B et D
Les PATIOS DE SAINT LOUIS  - Saint-Louis : Locataires du A et D.
Les VERGERS en cours de construction à quelques mètres des Créneaux.










illustrations : BEN 8

http://www.lamarseillaise.fr/le-fait-du-jour/le-village-d-irr-ductibles.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire