vendredi 27 août 2010

commentaires sur les relogements

Je suis tombée sur le site de dominique PIPET, j'ai pris l'initiative de reprendre les liens et commentaires sur la démolition que je remercie d'ailleurs


http://www.flickr.com/photos/11765034@N02/3909051054/in/photostream/

la résidence Les Créneaux












LES MEDIAS NOUS TIENNENT AU COURANT DE LA SITUATION

http://www.lcm.fr/fr/fil-info/id-935-5-familles-font-de-la-resistance

Je viens de tomber par hasard sur un reportage de LCM mais je n'étais pas au courant que nous faisions de la résistance.

On rapporte que la démolition devait se faire depuis 2005 mais comment est-ce possible car cela fait pratiquement 1 an que les locataires ont déménagé aux Patios de ST Louis avant dernière construction. Tous les retards ne sont pas à mettre sur le dos des derniers locataires qui ne veulent pas se faire rouler dans la farine.

Nous n'avons pas abusé de nos droits et nous n'avons pas demandé au bailleur de nous construire une villa au bord de mer. Je ne pense pas avoir changé d'un iota depuis le début de notre volonté à vouloir partir dans le diffus c'est à dire maison de ville pour nos parents et nous soit deux locataires.

Dire que nous faisons de la résistance semble exagéré !

Exaspérée, par la situation que nous subissons et recevant une proposition faite par la Mairie pour aller vivre dans le 14ème dans une construction en cours de travaux et livrable en janvier 2011. Mes parents âgées  seront relogés dans le 15ème (ma mère est traumatisée, elle réalise qu'elle sera éloignée de moi alors qu'elle est incapable de se débrouiller seule au quotidien,sortir sans accompagnement et surtout suivre les consignes médicales. Elle refuse d'ailleurs de sortir depuis des mois. Son médecin s'inquiète car son traitement et indispensable).


Devant cet état de fait et marre d'entendre Notre Président Monsieur SARKOZY dire qu'il est le président de tous les Français et qu'il ne laisserait tomber personne, je me suis empressée de lui envoyer un mail pour le tenir au courant de mon dilemme.

Mon intervention n'a servi à rien car ma réclamation est revenu vers la préfecture, ensuite est passée par le service de la Cohésion Sociale qui m'écrit pour m'informer que ma réclamation a été transmise à mon bailleur qui justement ne semble pas se rendre compte de ma situation ! Tout ça pour ça.

Par ailleurs, j'ai écrit à Mme BOYER il y a quelques semaines pour lui rendre compte de mes problèmes mais sa réaction me laisse supposer que mon courrier n'a pas dû lui plaire.

je risque d'avoir au dessus de ma tête les foudres de la colère ! mais je dois bien m'exprimer !

Donc, je viens d'apprendre que la semaine prochaine il y aura une réunion prévue entre bailleur, locataires et membres de la Mairie du 15/16 mais cela fait des mois qu'une réunion était prévue et annulée par la suite.

Difficile de supporter cette situation qui mine au quotidien.

mardi 24 août 2010

Mme VALERIE BOYER MET LES POINTS SUR LES i CONCERNANT LA DEMOLITION DES CRENEAUX

http://www.lamarseillaise.fr/soci-t-quartiers/val-rie-boyer-met-les-points-sur-les-i.html

(lire l'article de presse avant mon commentaire) merci par avance.

Aujourd'hui, en parcourant les journaux sur le net, je lis l'article de presse. Mme Valérie BOYER s'exprime sur la situation des derniers locataires des Créneaux et je reste choquée par ce qui est écrit. A ce jour, j'attends une réponse à mon courrier  puisque je lui ai exposé nos problèmes rencontrés mais je crois que je ne dois me faire aucune illusion d'après la lecture de cet article. je suis loin d'attendre BATMAN pour venir à mon secours mais je confirme que nous sommes loin d'abuser de nos droits. Pour ma part, je constate que nous sommes considérés comme des délinquants d'après cet articles et d'après nos origines de type N.A. AOC appelations d'origines contrôlées !
 
 Mme BOYER avance que nous avons eu des  propositions de qualité ce qui est totalement faux Quant aux
80 familles beaucoup en sont très malheureuses parce qu'elles rencontrent des problèmes.

Le programme de renouvellement urbain a été présenté d'une façon élogieuse et nous nous délections à l'avance pour sa concrétisation mais au final c'est bien autre chose qui est loin d'être conforme à la présentation.

Le projet de démolition a débuté en 1999, j'ai fait partie des premières réunions mais par la suite malgré mes demandes de faire partie du projet j'ai été oubliée. cela fait DIX ANS D'ATTENTE!!!!!!!!!!!!

 PROJET ANRU : plusieurs constructions
LOGEMENTS DANS LE DIFFUS
MAISONS DE VILLE
BD HANOI : endroit dégagé , agréable priorité locataires Bat B et D 10 familles environ sauf erreur
CALADON : locataires Bt B et D.
BD ODDO : locataires Bet 1 locataire Bt A
LES PATIOS DE SAINT LOUIS : locataires Bt D et A
LES VERGERS en COURS
Les locataires du Bat A n'étaient pas prioritaires et donc nous avons attendu sans nous inquiéter en faisant confiance.
Nos doléances : rapprochement familiale PARENTS et FILLE

« Je vous assure que les propositions faites étaient compatibles avec leurs attentes. Je ne rendrai pas publiques les adresses refusées mais c’est une insulte à tous les gens qui attendent un logement social."(Mme Valérie BOYER)
N'EST CE PAS UNE INSULTE QUE DE PROPOSER UN APPARTEMENT DANS UN TROISIEME ETAGE A MONTER A PIEDS POUR DES PERSONNES MALADES ET SOUFFRANT DE NOMBREUSES PATHOLOGIES ou bien DE LES SEPARER DE LEUR FAMILLE ALORS QU ILS SONT TOTALEMENT DEPENDANTS ????????

Nous avons vu partir les locataires et les propositions faites bien moins que 4 ou 5 ne correspondaient pas à notre attente.
Effectivement, cela serait une insulte si l'on refusait une opportunité en tenant compte de ceux qui attendent un logement mais n'est-ce pas criminel de démolir 4 bâtiments de 8 étages au lieu de réellement réhabiliter ces immeubles beaux, spacieux.
Les réhabilitations faites en 38 ans : placements de cumulus qui ont été changés peu de temps après en raison de fuites et inondations.
changement de fenêtres PVC sur des boiseries d'où des infiltration d'eau.
en 38 ans, il n'y a jamais eu de changement de toilettes, de baignoires sauf quelques privilégiés mais nous n'en faisions pas partie. Aucune grille de vétusté n'existe.

Où sont les maisons individuelles présentées lors du projet ANRU?

la construction des VERGERS est en cours sur un petit terrain, en contrebas les déchets, un terrain de décharge sauvage.

De notre bailleur , j'attends toujours une réponse à mon courrier du 31 mai 2010. Nous passons notre temps à relancer le gestionnaire qui gère plusieurs cités en même temps. Nous sommes abandonnés.
C'est un peu cavalier d'avancer que nous entamons un bras de fer, nous avons demandé des maisons de ville avec rapprochement familial c'est possible pour quelques locataires on va jusqu'à restructurer une villa pour y loger deux familles mais alors pourquoi pas nous !!!!

Nos parents sont venus dans les années 50/60, ne savent pas se débrouiller seuls comment peut-on les laisser et habiter plus loin après tous leurs sacrifices. Je pense que notre acte est loin d'être intéressé mais plutôt humain !

  Concernant le terrain des Créneaux : la mairie du 15ème avait avancé que ce terrain serait destiné à des jardins de familles destinées aux locataires des Créneaux. Ensuite, les parents d'élèves de l'Ecole privé de Notre dame de la Viste disent qu'il y aura un parking pour eux ? ensuite un projet de centre polysports !!!
ce jour, on avance la création d'un futur lotissement d'activité dont acte !

Quant aux Chauves-souris, elles iront voir ailleurs ! elles auront certainement plus de chance que nous car elles auront le choix d'aller où elles veulent contrairement à nous car on nous impose sans aucune possibilité de nous laisser nous exprimer!!!!!!!!

mardi 17 août 2010

ARTICLE DE PRESSE LA MARSEILLAISE

"Le village d’irréductibles
12-08-2010

La cité est un village fantôme où vivent cinq familles. Seul le bâtiment D a été détruit. Illus BEN 8 En travaux (4/6). Les trois derniers immeubles de la cité des Créneaux auraient dû être démolis. Mais cinq familles refusent de partir sans solution de relogement satisfaisante.
Il ne devrait plus rien à voir et pourtant les trois derniers bâtiments de la cité des Créneaux sont là, debout. Les voitures garées en bas du bâtiment A ne sont pas toutes ventousées, pneus crevés. Il y a aussi celles des derniers habitants de cette cité du 15e arrondissement. Promise à la démolition dans le cadre d’un projet de rénovation urbaine financée par l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), les Créneaux sont entrés en résistance. Cinq familles refusent mordicus les propositions de relogement de la Logirem.


Au 4e étage, Z. D. campe sur ses positions : « Je ne veux pas d’un logement tiroir. Je ne me sens pas la force de faire deux déménagements. Ce que je voulais, c’est une maison dans l’ancien. » Au final, il y a de fortes chances qu’elle fasse partie des 41 locataires des Vergers, le nouvel ensemble d’HLM qui pousse doucettement à quelques mètres. « Mais, attention, je ne veux pas que mon loyer augmente. Après 35 ans passés ici, tout de même, j’ai des droits ! »

Méfiance réciproque

Toujours au A, quelques étages plus haut, F.B. est tout aussi déterminée : « Je veux une maison de ville où je puisse loger mes parents qui sont très âgés. C’est possible. Je connais une famille qui a eu une villa. » Côté logeur, on ne dément pas tout en soulignant la difficulté de satisfaire tout le monde. Mais la méfiance est souvent au centre de la relation entre bailleur et locataires. « Sur le terrain, ils vont faire des villas mais pas pour nous, croit savoir A., le frère de F.. Avec ça, la Logirem va se faire des millions ! »

Renseignement pris, le terrain sera rétrocédé à la Ville. « On parle d’une extension du cimetière voisin, ou de laisser le site aux chauves-souris qui sont protégées », affirme F. qui a détaillé l’info sur son blog*. Là encore, les infos sont bonnes. Les mêmes rumeurs circulent dans les couloirs de la Logirem…

L’impression d’abandon est pire encore au bâtiment C. Un vigile garde l’entrée pour éviter le pillage des métaux. Un couple très âgé et malade, les B., vit encore. Autour du C, des barrières délimitent le périmètre de démolition. « Le logeur a laissé un petit sentier pour que mon grand-père puisse monter boire son café à Saint Louis ».


N. B. est assistant de vie auprès de ses grands-parents, 84 et 76 ans. Eux aussi attendent une maison de ville où ils pourraient vivre ensemble. « Pas question qu’on les envoie en maison de retraite », martèle Nacer. Alors, avec sa mère, ils attendent une proposition satisfaisante : « Un premier étage avec un petit jardin pour qu’ils prennent le frais. »
Aujourd’hui, le petit coin de colline est envahi de grilles. On entend des cris d’enfants fantôme. Ils tombent des maisons situées plus haut sur la falaise. Sur un immeuble, deux petites mains ont écrit : « Les Créneaux c’est une grande famille et pour rien au monde je les oublierais. » In memoriam… En attendant les pelleteuses.
BENOIT GILLES
Commentaire :
Merci à Monsieur GILLES pour son article, Nous avons demandé un rapprochement familial pour raison de santé ce que le bailleur a bien voulu consentir à d'autre Locataires par la  restructuration du logement pour y loger deux locataires de la même famille pourquoi pas nous ? Nous demandons la même chose nous n'abusons pas selon la devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité . A ce jour, les  propositions faites sont inadaptées. On nous refuse  un rapprochement familial alors qu'on le permet à d'autres !  Mes courriers restent sans réponse on ne m'explique même pas pourquoi on refuse de nous attribuer ce que l'on demande ! Pas question d'accepter la proposition de la mairie un logement en cours de construction dans le 14 ème alors que mes parents seront reloger dans le 15ème mais le doute m'assaille. Aucune information à ce jour.

constuction de logements dans le cadre du programme ANRU LES CRENEAUX
Bd HANOI à la VISTE :  les locataires du BT B et D prioritaire
Le CALADON au Cap Janet : les locataires du Bt B et D
VILLA ODDO : au Bd Oddo : locataires des Bt B et D
Les PATIOS DE SAINT LOUIS  - Saint-Louis : Locataires du A et D.
Les VERGERS en cours de construction à quelques mètres des Créneaux.








jeudi 12 août 2010

PROPRETE ET ENTRETIEN DES ALENTOURS

Depuis plusieurs, je vois du personnel nettoyer le chemin Augustin-Roux. On a même coupé les branches qui dépassaient des murs, on a nettoyé les trottoirs Cela devient même bizarre mais peut-être y aura t-il prochainement une délégation pour visiter la Cité des Arts de la Rue. Il y a la savonnerie de Marseille. mais en attandant une inauguration officielle, les pigeons ont inauguré les toits en avant première et semblent s'y plaire.

CHAUVE-SOURIS A LA CUISINE


 

Hier soir une chauve-souris s'est invitée à l'heure du repas. Une petite perturbation passagère sans danger ni conséquence. La chauve-souris est bien sortie sans  blessure.

mardi 10 août 2010

ASCENSEUR : MISE AUX NORMES AVANT DEMOLITION

heureusement que le technicien laisser en fonction l'ascenseur tous les jours jusqu'à la fin de son intervention
Depuis le lundi 9 aout un technicien effectue la mise aux normes de l'ascenseur alors que la cité sera démolie le 1er trimestre 2011. Une telle dépense alors qu'il ne reste que cinq locataires au bâtiment A et un au C.
Plus on s'avance dans le projet de démolition et moins je comprends.
Alors que durant des mois on a eu des actes de vandalisme, coupure de téléphone, etc...Alors que l'on a clôturé le bâtiment B dernièrement, je constate qu' il y a un vigile pour surveiller le bâtiment vide mais ne serait-ce pas le contraire à faire c'est -à-dire veiller à la sécurité des locataires.

Sécurisation et mise aux normes des ascenseurs : jusqu'à 2010


Publication : 05/05/08

La ministre du Logement Christine Boutin a décidé de reporter au 31 décembre 2010 la première date butoir de remise aux normes des installations d'ascenseurs dans les copropriétés. La première échéance était pourtant fixée au 1er juillet 2008 par la loi habitat et environnement du 2 juillet 2003, qui imposait un plan de sécurisation et d'entretien obligatoire des ascenseurs sur quinze ans. Sauf que le chantier est colossal (60 % des 445 000 ascenseurs ont plus de vingt ans), et que le secteur peine à trouver la main d'œuvre et les ressources nécessaires.

Le nouveau calendrier fixe trois nouvelles échéances (2010, 2013 et 2018), aux termes desquelles les ascenseurs devront être aux normes de sécurité sur 17 risques majeurs identifiés par l'Afnor (verrouillages des portes palières, téléalarme pour les personnes bloquées, protection contre les vitesses excessives, maintien à niveau des cabines...). Le coût moyen de la mise en conformité avoisine les 22 000 euros par ascenseur.
Source : Meilleur Taux
http://www.lesiteimmo.com/actualite-immobiliere/324-mise-aux-normes-des-ascenseurs

mercredi 4 août 2010

ALLO MAIRIE DE MARSEILLE

j'ai décidé d'appeler le service de la Mairie directement pour signaler le problème de poubelles. J'ai eu au téléphone une agréable interlocutrice qui a pris ma réclamation.

LES POUBELLES

photo prise il y a deux jours, ça déborde !!!
Depuis environ une semaine, les eboueurs ne viennent pas vider les poubelles dans la cité. Depuis qu'il y a eu l'accès fermé du bâtiment B par une barrière. Ils ne rentrent même pas dans la cité pour les vider. Doit-on accepter cela alors que nous payons aussi les taxes d'habitation. Nous ne pouvons que constater une dégradation continuelle alors que nous payons des loyers, des charges, des taxes. La politique actuelle des bailleur est de faire tourner les gestionnaires sur plusieurs cités à divers endroits et de ce fait ne peuvent pas être au courant de tous les problèmes. C'est donc au locataire de se débrouiller pour gerer les problèmes.


La politique actuelle me laisse perplexe !

UNE JOURNEE SANS EAU


Depuis la fuite d'eau durant plusieurs jours, le lundi 2 août  la SEM et des ouvriers  sont intervenus le matin pour arrêter la fuite. Nous sommes restés sans eau de 11 h 30 jusqu'à 18 h 30 pour enfin pouvoir utiliser l'eau.




 7 heures d'attente pour pouvoir avoir l'eau