jeudi 30 décembre 2010

MERCI A MES LECTEURS

Plus de 2700 pages vues par des internautes que je remercie. La plupart des journalistes que j'ai vu dernièrement me demandaient pourquoi est ce que je tiens le blog. Tout simplement parce que je vis cela. J'ai vu depuis l'annonce de la démolition des personnes étrangères s'intéressaient à cela. J'ai également trouvé sur le net des photos de la cité ains que des locataires prisent par des photographes professionnels ou amateurs .Il y a eu un livre qui recueille les témoignages des locataires. J'avais envie d'apporter ma propre vision, chaque personne a sa propre perception des choses et je tenais à écrire non pas pour exister mais un besoin qui me tenaillait depuis fort longtemps mais pour donner mon point de vue. Dans cette démarche j'ai pu avoir l'occasion de trouver des personnes qui pensaient comme moi. Un besoin de partager mon vécu avec d'autres.
A ce jour, je ne sais quel logement me sera  destiné ainsi qu'à  ma famille. Malgré toutes les difficultés rencontrées, je pense que j'ai de la chance quand je vois toutes les personnes qui n'ont pas toit pour les abriter. Rien ne sert à vouloir toujours plus.
Des propositions, oui j'en ai eu mais qui ne correspondent pas à mes attentes car comment accepter de payer autour de 700 € pour un T3 quand on sait à l'avance que l'on ne pourra pas supporter longtemps ce loyer. Faudra t-il juste payer le loyer et vivre de mendicité ! Il y a plus d'une dizaine d'année que  mes paramètres sont en déconnexion totale avec la société.
J'ai toujours travaillé plus mais j'ai toujours gagné moins que les autres mais il fallait tenir jusqu'à ce que le corps ne tienne plus. Jusqu'à ce que l'on tombe d'épuisement.
Après cela on remet tout en question notre vie, notre but, nos besoins et nos attentes. Une chose ne change pas, je ne supporte toujours pas l'injuste  à tous les niveaux. C'est pour cela que j'écris pour donner modestement mon point de vue et mes impressions parfois maladroitement, parfois avec ma sensibilité mais toujours avec sincérité.

LES FUSIBLES SAUTENT SANS CESSE !

Depuis que nous n'avons plus de chauffage collectif, les murs transpirent. En chauffant avec les radiateurs cela devient ennuyeux car cela fait mon troisième fusible qui saute de 16 ampères. je dois en acheter au cas où. De ce fait, je ne dois pas mettre la machine à laver en même temps. Chauffer ou laver il me faut choisir !Que la force tranquille soit avec moi inchallah car je craque.
Les journées passent dans le calme. On se pare de strass pour oublier le stress du quotidien. Tout le monde  fait son bilan de l'année, triste ou heureux. Bref, il faut se reprendre et recommencer une nouvelle année. Que peut-on souhaiter à autrui et à soi ? la concrétisation de ses voeux mais tout en étant rationnel  bien entendu. Pour ma part, je souhaite à chacun ce qui est le plus important sur cette terre la santé et l'amour de ses proches. Je me souhaite aussi ainsi qu'à ma famille d'avoir une bonne proposition de notre bailleur, afin que l'on puisse goûter à la tranquilité. Une pensée aux locataires des Damiers à la Défense.
J'offre un peu de douceurs virtuelles dans ce monde de brutes.

dimanche 26 décembre 2010

L'HUMIDITE, LE FROID ET TOUJOURS DES CAFARDS

Il fait toujours froid.  Malgré les radiateurs, nous avons  toujours les pièces froides. Nous sommes tous malades bronchite, toux, douleurs articulaires. Les murs sont humides, nous n'avons plus de ventilation et les sols sont trempés.







Malgré le froid et l'humidité, je vois toujours des cafards depuis le temps que j'essaie de les exterminer avec tous les produits : les bombes aérosols, les seringues, les pièges , les produits préparés à la maison avec l'acide borique, mais rien n'y fait ils sont toujours là.



Les cafards, je ne connaissais pas du tout et je les ai vu il y a quelques années dans l'appartement car on jetait les poubelles de notre étage dans un genre de bacs qui tombait dans le vide jusqu'au rez de chaussée dans les poubelles. Par la suite on a découvert des cafards qui ont infestés tous les appartements. Je ne les supporte plus c'est devenu épidermique. Lorsque j'ai fait des tests d'allergies et j'ai découvert que j'étais allergique aux cafards et à beaucoup d'autres choses d'où ma psychose du cafard. Cependant, je constate qu'il y en a moins qu'avant depuis que je traite de mon côté sans relâche.

mardi 14 décembre 2010

LE FROID, LA FATIGUE, L 'ATTENTE,

Il y une semaine, les locataires du Bâtiment C sont partis. Il est fermé définitivement en vue de sa démolition prochaine.


Il fait très froid dans les appartements, le chauffage avec des raditeurs électriques n'est pas le top. Bien que nous n'ayons plus le chauffage collectif nous continuons à payer la provision pour chauffage alors que nous devons également payer la facture d'EDF plus chère du fait du chauffage électrique. Nous avons demandé depuis plus de 3 mois l'arrêt de cette facturation.

LA CHALEUR D'ANTAN

Il y a si peu de temps et pourtant cela paraît bien loin où l'on avait très chaud en plein hiver. le chauffage collectif est regretté par tous . Tous regrettent les espaces de rangement dans les chambres, le débarras qui servait à ranger. Les médias rapportent sans cesse les conditions dans lesquelles vivent beaucoup de personnes : sans logement, en attente, ceux qui vivent dans des box à chevaux, et ce qui est choquant les personnes vivant dans des HLM avec des revenus à plus de 11 000 € mensuel !
De plus en plus le fossé se creuse entre ceux qui sont en dessous du seuil de pauvreté et ceux qui sont très au dessus.
D'où l'incompréhension totale face à ces démolitions.

mardi 30 novembre 2010

UN PETIT TOUR DANS LA CITE

Hier, Farida passionnée de photo est venue prendre des clichés de la cité pour  mon blog. Avec mes remerciements.



Deuxième entrée de la Cité pour aller au Bâtiment C.


Les chats accueillent les personnes en tournant autour d'eux en se frottant et miaulant.


A la place du Bâtiment D démoli il y a un an et demi, poussent des plantes et cela ressemble à des blettes. La nature a repris ses droits

Les bancs restent vident, plus personne. Auparavant les personnes âgées souvent y passaient des moments à discuter


Vue du Bâtiment B et C par le premier étage. Il y a plusieurs entrées par un petit chemin derrière les bâtiments.

Des arcades, un endroit qui devrait rester tel quel par sa beauté mais que personne n'a mis en valeur et laissé à l'abandon

La séparation par une barrière, tous les accès sont fermés de ce fait. Une seule entrée pour les locataires du Bâtiment A.

Une grotte fermée , un chemin de terre. On se croirait dans un parc.


Des espaces verts que beaucoup de locataires partis ailleurs regrettent.

Un chat qui regarde, la cité est habitée par des chats très attachants.


Anciennement une pièce d'acceuil pour les permanences d'infos services. Le Centre Social fermé et abandonné. Une chaise un bureau. Je me rappelle qu'une personne qui tenait la permanence que j'ai vu en 2002 m'a aidé alors que les services publics censés m'aider n'ont rien fait. Mon ancien employeur après avoir travaillé plus décennie a tout mis en oeuvre par des  pratiques de harcèlement pour me faire partir de la société. Cette personne est intervenue auprès de cet employeur pour lui réclamer des documents qu'il ne m'envoyait pas. A cause de lui, je me suis retrouvée avec mon compte bancaire bloqué et de gros problèmes financiers. 

L'entrée du Centre Social


En face de la cité, Les Vergers sont en construction.



Les trois tours encore debout.


IL FAIT FROID

Depuis plusieurs jours, nous sommes gelés. Nous avons pendant des décennies eu le chauffage collectif. Cette année, nous devons chauffer avec les radiateurs électriques.

Ce samedi passé, j'ai entendu kloxonner un cortège un jeune des Créneaux qui se marie. Je me suis mise à la fenêtre et j'ai vu des personnes prendre des photos de la cité pour immortaliser cet endroit. Ce marié sauf erreur de ma part habitait le Bâtiment B avec sa famille. En passant il avait baissé la vitre et avait fait un signe de la main avec un membre sa famille.






Cela m'a fait repenser au temps où dans la cité dès qu'il y avait un heureux évènement, l'ambiance de fête était présente durant plusieurs jours. Parfois, l'extérieur était aménagé pour accueillir les personnes et les groupes d'animateurs et chanteurs pour passer une soirée de fête et de partage avec tous les locataires conviés.

mardi 9 novembre 2010

dimanche 10 octobre 2010

SEPT COMPAGNIES EMMENAGENT A LA CITE DES ARTS DE LA RUE

Aujourd'hui, aux alentours de 12 h00 ma curiosité a été attirée par des voix en à la cité des Arts de la Rue, il y avait beaucoup des personnes, des bruits de klaxons, des containers et de la musique. Cela n'avait pas l'air d'être une inauguration mais plutôt un regroupement d'artistes. J'ai trouvé par la suite sur le net un article qui annonce que 7 compagnies artistiques emménagent à la Cité des Arts. L'inauguration ne va pas tarder et avec cela peut-être notre perte ?






http://www.20minutes.fr/article/606289/marseille-une-maison-commune-arts-rue

Culture Sept compagnies emménagent peu à peu dans la nouvelle cité des Aygalades


Quinze ans après sa génèse dans les têtes, la Cité des arts de la rue, aux Aygalades (15e), vit ses dernières finitions avant son ouverture officielle. Dimanche, l'un de ses concepteurs, Pierre Berthelot, organise le démagement symbolique de sa compagnie Générik Vapeur des abattoirs de Saint-Louis vers la cité.

Pas de parc d'attraction

En 1995, l'idée de la Cité née de l'envie « d'avoir un lieu dédié aux arts de la rue » rappelle Pierre Berthelot, dans une région où les compagnies sont légion et ont été souvent pionnières. Sept structures la composent, représentant chacune une facette des arts de la rue. La formation de jeunes talents internationaux (Faiar), le centre national (Lieux Publics), le théâtre acrobatique (Gardens), la construction et les décors (Sud Side), la diffusion (Karwan), l'interface arts/habitants (Lezarap'art) et Générik. Frilosités politiques face à cet art né « façon underground », revendications d'indépendances de ses acteurs… Le chemin vers la Cité n'a pas été court, et « 2 013 a été déterminant », reconnaît Pierre Berthelot. Deux mois après la désignation de Marseille comme capitale européenne de la culture, la première pierre fut posée aux Aygalades. Aujourd'hui, les sept compagnies disposent d'un « laboratoire scénique » de 36 000 m², dont11 000 m² de bâti. Le site sera avant tout un lieu de création, pas de diffusion. « Bien sûr on accueillera du public, mais plutôt pendant les phases de travail, indique Pierre Berthelot. On a pas envie de créer un parc d'attraction. » Reste à aménager dans une deuxième tranche des équipements collectifs mis de côté pour des raisons budgétaires.

laurent berneron

vendredi 8 octobre 2010

LES TRAVAUX S'ACCELERENT

Hier, les travaux ont été effectués pour contourner les fils de télécommunication du Bât. A vers le B, apparemment deux locataires sont sans téléphone depuis hier.




vendredi 1 octobre 2010

BIENVENUE A MON TROISIEME MEMBRE

Bonjour, Monsieur LUMBROSO
Je vous remercie pour votre incription au blog que je tiens sur la démolition pour donner mes impressions. Je trouve triste que l'on démolisse des immeubles qui ne sont pas très vieux puisqu'ils datent de 1973. Je suis dans le 15ème depuis 1973 et c'était un endroit magnifique. Moi qui venait de mes bidonvilles et préfabriqués, je découvrais la salle de bain, les toilettes, l'extérieur embaumait le parfum des fleurs tels que les roses, la lavande, les genets. Je découvrais le goût des figues que l'on pouvait prendre directement de l'arbre ainsi que  des mûres. Tout cela me revient aujourd'hui, tant d'années ont passés. Tout le 15ème arrondissement est entrain d'étouffer par des constructions rapides. Bientôt, nous n'aurons plus la moindre parcelle verte. Heureusement, qu'il y a des parcs aux alentours :  l'OASIS aux Aygalades, le parc BREGANTE à la Viste,  le Parc BILLOUX à la rue de Lyon pour que les enfants puissent jouer un peu. Nous ne pourrons voir la nature que virtuellement via le net et humer le parfum de la nature via les parfums d'ambiance qui seront synthétiques.

DECHARGE DE POUBELLES AUX ENVIRONS DE LA DECHETTERIE

Depuis des années la rue Augustin-Roux est une décharge publique "sauvage" par des abondons de poubelles. la déchetterie était fermée le jeudi 1er octobre, on  ne s'est pas gênée pour jeter cela sur la route sans aucun scrupule.  Avant hier, en revenant d'une course, j'ai constaté que l'on s'était débarrassé de sacs avant l'entrée de la Cité. heureusement cela n'est pas resté très longtemps, hier matin j'ai vu deux hommes ramassés tout cela.





Voilà ce que l'on jette au bas de notre immeuble !


mardi 21 septembre 2010

LA DESTRUCTION DU STADE DE FOOT

Ce matin, j'ai fait le tour de la cité et j'ai vu que le stade était entrain d'être démantelé, tout a été coupé il ne reste rien qu'un terrain plat sans filet
décharge publique, on vient vider sans gêne ! à l'entrée du Bâtiment A et devant le Bâtiment C

lundi 20 septembre 2010

MES SEMAINES SANS ECRITURE

Cela fait plusieurs semaines que je n'arrive pas à écrire non par manque d'inspiration mais parce que j'étais fatiguée et lassée. Les travaux de démantèlement ont  commencés depuis plus de deux semaines : déconstruction du Bât C de plusieurs étages alors qu'il reste un locataire et d'après la note d'information : désamiantage du Bât. B. Nous attendons patiemment notre tour pour partir mais  où et quand ?
. http://www.metrofrance.com/info-locale/balade-champetre-dans-les-quartiers-nord/mjip!sQn1eAHMz/
Ce week-end passé, de ma fenêtre je voyais les personnes visités à quelques mètres la savonnerie de Marseille à l'occasion de la journée du Patrimoine. Il y a également un petit chemin de terre qui donne accès à une cascade dont photos ci-dessous :



Tout ce travail a été préparé durant toute la semaine par des groupes que je voyais de ma fenêtre. Je ne voyais pas ce qu'ils faisaient exactement mais le résultat est beau et on ne peut que les saluer.



Le chemin a été fait avec des palettes







SAVONNERIE DE MARSEILLE